Faïencerie Bertrand, suite

0
375

Gérard Hello a sorti ses piles de vaisselle de l’armoire; la première est décorée d’une jolie vignette représentant un sous-officier de l’armée française qui semble s’adresser à ses valeureux troufions : « Je ne veux entendre que du silence ». Gérard retourne l’assiette : signée et attestée L. Bertrand; c’est donc bien de cette fabrique où elle travaillait que sa grand-mère Marie-Louise Beau ramena cette vaisselle affectée de petits défauts de fabrication et que la famille conserve précieusement depuis plus d’un siècle. Dans le lot, il existe une autre série représentant la campagne de Madagascar (1894-1895); une autre série présente une estampille différente qui représente une ancre avec les initiales LG encadrée de la mention « Terre de fer » en haut et d' »Anémones » en pied. Le lien entre L. Bertrand et la série « Anémones » est attestée par l’estampille L. Bertrand apposé sur un plat de la même série (voir photos ci-dessous). Pour parler de Marie-Louise Beau, je laisse son petit-fils Gérard Hello raconter :

Marie-Louise Beau, épouse Hello, est décédée à Bacalan en 1936 à l’âge de 56 ans, ce qui donne 1880 comme année de naissance. Elle a épousé en ? Albert Hello, né à Bacalan en 1879 de Thomas Hello (originaire de St Brieuc) et Sylvine Gâteau (originaire de Beaugency), le couple étant installé à Bacalan, bien sûr, avant cette date, mais je sais que mon grand’père Albert était le dernier de la fratrie, et le seul né à Bordeaux. De leur union est né en 1904 Gilbert Hello, mon père, décédé en 1993.
Marie- Louise Beau était originaire de Vendée, La Chaise le Vicomte, si j’en crois ce qui se disait dans ma famille. Elle a travaillé comme ouvrière dans une faïencerie à Bacalan. Elle avait une forte personnalité, et une belle voix, ce pourquoi elle était souvent invitée dans des mariages, baptêmes et communions où elle animait les fins de repas en chantant des airs à la mode à l’époque, qu’il lui arrivait de parodier de manière grivoise. Elle est décédée en 1936 de ce que nous appelons aujourd’hui un AVC, en plein banquet. Une belle fin pour quelqu’un qui disait souvent « Mangeons bien, nous mourrons gras » (dixit la famille).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here