Mémoire et Héritage du sport à Bacalan – Suite dossier central

1
1037

Que reste-t-il de notre riche passé ?

Dès les années 1860/1875, le football existe à Bacalan, premier quartier de Bordeaux ouvert à cette pratique. Fondé en 1876 par des négociants britanniques en vin et spiritueux, le BAC (Bordeaux Athletic Club) qui avait fusionné avec le SBUC (actuel Stade Bordelais) de 1891 à 1909, ré-émerge en 1909 comme une association omnisports. Tout au long du siècle, plusieurs sports seront pratiqués au sein du BAC Omnisports à Bacalan et aux Bassins à flot, et verront plusieurs champions performer en football, polo-vélo, cyclisme, tennis, natation, etc. La désindustrialisation et le début d’une crise économique qui n’en finit pas auront eu raison de l’omnisports : sans sponsors ni équipements de proximité, il était devenu difficile pour les sections de continuer d’exister.

Quel chemin parcouru depuis la fin du 19e siècle, époque qui voyait les jeunes sportifs effectuer la préparation athlétique en vue de faire la guerre.

Fin des années 1920, les sportifs se retrouvent dans plusieurs disciplines :

Le football

L’équipe est championne du sud-ouest en 1926. Elle s’incline en finale du championnat/coupe d’Aquitaine de 1942, face aux Girondins de Bordeaux.
En 1930, les employés de la régie municipale du gaz et de l’électricité forment le Club Sportif de la RMGE. Ils bénéficient d’un terrain de foot, deux de tennis, trois de basket, un de volley et des boulodromes.

La natation

La Bacalanaise Athletic Club (section du BAC) est fondé en 1912 et devient champion de France de grand fond en 1920, ce qui permet à deux de ses membres d’être sélectionnés pour les Olympiades d’Anvers en 1920 et de Paris en 1924. Les entraînements s’effectuent soit dans la Garonne soit dans le pertuis aux Bassins à flot, lieux qui accueilleront l’équipe de water-polo championne du sud-ouest de 1931 à 1938.

Le cyclisme

Composée par les « footeux », la section eut quelques champions régionaux. En décembre 1951, une discipline « polo-vélo » voit le jour.

Le tennis

Ce fut une section du BAC jusqu’en 1993, avec deux terrains de tennis sur la place Buscaillet et deux au stade Charles Martin. Dans les années 1970/1980, le club comptera dans ses rangs plusieurs championnes et champions régionaux.

Le rugby

Apparu à Bacalan au début du XXe siècle, le rugby y trouve un terreau fertile auprès des travailleurs du port et des ouvriers des industries environnantes. Le CAM (Club Athlétique Municipal) avait son siège rue Joseph Brunet.
Pour être exhaustif, il faudrait ajouter à cette liste : l’athlétisme, la gymnastique et probablement d’autres disciplines.

Deux exemples de champions

L’existence de clubs structurés et forts sur le quartier a permis l’émergence de champions, dont voici deux exemples majeurs.

Roland Tylipski, footballeur (1919 / 1995)
Arrivé en France à l’âge de dix ans, il joue au Bordeaux Athletic Club Omnisports, où il devient à 15 ans champion du sud-ouest en catégorie junior. Outre le football, il pratique le cyclisme et participe au Championnat de France sur route en 1939. En 1945, il devient joueur professionnel au FC Nancy en Division 2. Après une promotion en D1, il marque six buts lors de son premier match, en 1946. Il joue ensuite pour Nice, Montpellier, Strasbourg et Toulon, avant de finir sa carrière en amateur aux Girondins de Bordeaux. Il deviendra ensuite entraîneur d’une équipe de jeunes et dirigeant bénévole au Bordeaux Athletic Club.

Jean Rebeyrol, nageur (1903 / 1975)
Il est né dans une famille de sportifs. Son frère Roger l’initie aux compétitions nautiques et les huit frères font tour à tour de la natation. Jean commence les compétitions en 1920, tout en jouant fréquemment avec l’équipe de water-polo du Bordeaux Athletic Club.
Quatre fois vainqueur de la Traversée de Paris entre 1922 et 1926, deuxième en 1924, 1927 et 1928, et troisième en 1923.
Vainqueur de la Traversée de Bordeaux en 1921 et 1923, ainsi que de la Traversée de Bruxelles en 1924.
En août 1923, il devient champion de France du 1 500 mètres nage libre,établissant un nouveau record national en 24 min 55 s.
Aux Jeux olympiques d’été de 1924, il participe au 1 500 mètres nage libre. Lors des séries (800 m et 1 500 m), il décroche deux nouveaux records de France.

1 commentaire

  1. Fier de mon quartier, très riche de personnes de divers horizon. des champions de toutes les disciplines qui ont fait la richesse de la nouvelle génération c’est un bel héritage

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here