Une Maison de la Rose à la Cité Claveau

0
391

Dans le quartier aux milles briquettes oranges, des centaines de roses attendent le printemps pour donner de leur éclat. De nombreux jardins de la cité en regorgent, certains habitants devenus jardiniers n’hésitent pas à les diffuser ou les échanger. Depuis septembre dernier, des boutures d’un grand nombre de ces rosiers ont été recueillies, identifiées et replantées afin d’être répertoriées. Bouturées, classées, replantées, les roses de Claveau sont au cœur d’un vaste chantier. Pour accompagner cette récolte, la cité s’apprête à accueillir le projet de construction d’une roseraie de quartier : la Maison de la Rose. De l’espace intime des jardins des habitants à l’espace public d’un cœur d’îlot, les roses préparent leur migration de printemps.

Une roseraie publique, un intérêt botanique

Des rosiers buissons, arbustifs, couvre-sols ou grimpants, plantés en périphérie des petits jardins ou sur le devant des maisons, certaines roses parfois semblent s’être installées toutes seules entre le stabilisé du trottoir et les façades de brique. Le rosier, d’entretien facile, ravit depuis longtemps déjà le jardinier de Claveau. Les roses du quartier sont anciennes comme son histoire, riche et variée. Elles font l’unanimité dans la cité et témoignent d’une empreinte commune, non sans épines. La future roseraie-conservatoire donnera à voir tous les rosiers de la cité Claveau, une collection remarquable pour la ville de Bordeaux. Cette particularité du quartier est mise en avant pour sa valeur poétique mais aussi pour son intérêt botanique. Il existe des roses anciennes et rares. Certaines d’entre-elles ont près de 70 ans, leurs souches, plantées dans les années 50, sont encore à identifier. Les jardiniers de la cité sont déjà mobilisés pour échanger autour de la rose, certains sont des collectionneurs curieux de découvrir ce qu’il y a chez le voisin, d’autres sont novices et prêts à être initiés. Le jardin de la rose et sa maison, en partie investis et entretenus par les habitants, sera un espace d’échanges autour de cette plante qui rassemble. Pour pouvoir grimper de nouveau, les rosiers bouturés seront gardés dans une serre avant d’être replantés.

Une implantation de proximité, un projet pédagogique

Voisin de l’ensemble des petits jardins de la cité, la vocation publique de la roseraie repose sur l’engagement des habitants-jardiniers à s’emparer du futur lieu. Occupant un cœur d’îlot situé à proximité de la piscine Tissot, la Base Vie, la pépinière et le parc du centre d’animation de Bacalan, longeant la rue Léon Blum, quelques pas suffiront pour passer du palier de sa maison à celui de la Maison de la Rose.

Pour accompagner la construction de cette maison, une douzaine d’étudiants de l’école d’architecture et de paysage La Cambre-Horta de Bruxelles, encadrée par l’Atelier Nicole Concordet, s’apprête à participer à un atelier lors de la première semaine d’avril. Accueillis par certains habitants du quartier prêts à faire une petite place dans leur maison, nos voisins européens préparent leurs jeunes savoir-faire de constructeurs et de jardiniers pour mettre la main à la patte et collaborer pour que la roseraie voit le jour et que les roses éclosent. Il y a déjà presque deux ans, des étudiants de l’école de paysage ENSAP de Bordeaux avaient réalisés un travail sur les plantes affectives, conjointement avec les habitants. Et l’année dernière particulièrement, des étudiants ont travaillé une semaine entière à la référenciation et localisation des rosiers de Claveau. Le chantier de la roseraie s’inscrit donc dans une dynamique pédagogique que les habitants-jardiniers souhaitent prolonger une fois la construction occupée.

Une dizaine d’habitants s’engagent déjà dans le bouturage. Pour les jardiniers, bricoleurs, et autres curieux souhaitant collaborer, nous vous donnons rendez-vous à la Base Vie, atelier de chantier en face de la piscine Tissot, pour échanger autour de la roseraie.

Quentin Prost de l’Atelier Nicole Concordet pour

« les amoureux des roses de Claveau »

Mercredi 3 Avril à 18h à la Base Vie en face de la piscine Tissot – Cours/conférence sur l’histoire de la rose

« un an de vie de rose. Origine des fleurs et taille » en présence de Jacques Mouchotte, ancien directeur de recherches de la grande maison Meillant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here