Complément du dossier central du n°56

0
629

L’Ecole, un cœur qui bat

Les 5 pages du dossier central du journal papier n’ont pas été suffisantes pour faire un état des lieux complet de nos écoles et de leurs projets.
Vous trouverez ci-dessous, les compléments d’informations: L’article complet du collectif des parents d’élèves et la synthèse comparative qu’ils ont établi, la présentation de l’association LABAJOUR, les divers projets en lien avec les écoles, l’USEP, le collectif Mascarets, le Café des parents etc…

LABAJOUR – Association des parents d’élèves des écoles Point du Jour et Labarde

« Zoé aime son école et y va tous les jours sans aucune réticence. Cette école n’a pas très bonne réputation mais c’est mal la connaitre. L’équipe pédagogique est motivée sympathique et dynamique. Les locaux sont spacieux et accueillants. Les équipements supers. Certes un coup de peinture s’impose …mais c’est en prévision dit-on ! Ma fille est une élève épanouie et c’est bien là le principal !» Isabelle maman de Zoé 8 ans, à l’école Labarde depuis le CP et actuellement en CE2

Ce sont ces témoignages positifs qu’on entend quand on demande aux parents d’élèves scolarisés sur Labarde comment est leur école. Pourtant, lorsqu’on en parle à d’autres personnes, du quartier ou d’ailleurs dans Bordeaux, on a l’impression d’être de mauvais parents tant on lit sur leur visage l’incompréhension. Pourquoi irait-on mettre nos enfants dans cette école ? Alors on répond que c’est l’école de notre quartier, qu’on croit profondément à l’école publique et puis qu’on y est bien tout simplement. Que nos enfants apprennent à lire, à écrire et comme nulle part ailleurs, à vivre ensemble. Mais cette stigmatisation perdure. On croit parfois deviner que cela vient de préjugés, et comme souvent, quand les gens ne connaissent pas, ils craignent et rejettent. Mais nous, nous n’avons pas envie d’en rester là car cela nous semble injuste, en particulier pour nos enfants. Alors nous avons monté une association et cette école, on vous l’ouvre. Vous ne la connaissez pas ? Qu’à cela ne tienne, venez-y ! On vous y attend, autour d’un bon café, pendant un atelier, pour échanger ensemble sur cette diversité qui fait la richesse de notre quartier.

Association des parents d'élèves des écoles Point du Jour et Labarde
Association des parents d’élèves des écoles Point du Jour et Labarde

Projet d’école ouverte à Labarde

Ouvrir davantage encore l’école aux familles grâce à un travail resserré avec les acteurs de terrain: tel est l’objectif du projet d’école ouverte à Labarde. Ateliers d’alphabétisation, ateliers d’informatique, café des parents, jardins pédagogiques… autant d’actions concrètes pour favoriser toujours plus de lien, de mixité dans une école dont les espaces verts exceptionnels et la richesse culturelle de ses écoliers entre autres en font un lieu important.
Alexandra SIARRI

USEP (Union Sportive des Ecoles Primaires)

Affiliée à l’association nationale du sport scolaire, USEP, depuis 30 ans, l’association sportive de l’école Charles Martin compte plus de 300 adhérents, enfants et adultes. Elle propose, de la maternelle au CM2, des activités de découverte et pratique de différents sports, dans le prolongement et avec les principes de l’Education physique et sportive portée par l’Education nationale. Sur le temps scolaire avec des rencontres inter-classes. Hors temps scolaire, avec des activités régulières le lundi soir en maternelle, le mercredi en élémentaire et des rencontres inter-écoles comme le cross de Gujan Mestras. Durant l’interclasse, elle anime le dispositif « Midi-Usep » permettant aux élèves de participer à des ateliers (tennis de table, échecs, cirque…). Elle participe également au dispositif municipal des TAP de l’école Ch Martin. Elle est un partenaire actif de la Ligue aquitaine d’Echecs par l’organisation des championnats scolaires. Elle aide au développement d’autres associations USEP sur Bordeaux.
En savoir plus sur usepcharlesmartin.overblog.com

USEP

Le collectif Mascarets

Une association qui, depuis l’année 2000, porte des projets de manifestations culturelles à destination des habitants du quartier. Chaque projet est fondé sur l’idée que la culture se construit au gré de moments de partage entre les personnes. Partage de savoirs, de savoir-faire, de moments de découverte, autant que de temps conviviaux, forts d’échanges. Si cette construction s’enrichit tout au long de la vie, elle est plus solide quand elle prend racine dès l’enfance. C’est pourquoi Mascarets a, depuis sa création, toujours privilégié le public scolaire, en le rendant à la fois acteur et destinataire de ces manifestations culturelles et intermédiaire clef pour toucher le plus grand nombre de « familles » au sens large. Et c’est pourquoi le collectif réunit des enseignants des différentes écoles et du collège, la bibliothèque de Bacalan, des représentants des principales associations du quartier et des habitants. Si ces dernières années, les manifestations phares de Mascarets ont été le projet « Vibre livre » (prix littéraire jeunesse), le festival Nomades et le Carnaval de quartier, le collectif a pour vocation de s’ouvrir et de s’enrichir de nouvelles propositions, en phase avec ses objectifs, car il est une extraordinaire boite à outils et à idées au service d’un beau quartier qui se réinvente en permanence.

Spectacle proposé par le collectif Mascarets
Spectacle proposé par le collectif Mascarets

Café des parents proposé par l’Afl et la Régie de Quartier

Un moment de rencontre et de partage animé par Laurence et Othman.
Lundi matin de 8h30 à 10h30: école Labarde
Vendredi matin de 8h30 à 10h30: école Point du Jour
Un jeudi matin/2 de 8h30 à 10h30: collège Blanqui

Café des parents
Café des parents

Alerte sur les écoles à Bacalan !

Face à la situation des écoles de Bacalan, les représentants de parents d’élèves ont décidé de monter un collectif. Son but est d’interpeller la Mairie de Bordeaux pour plus de mixité et un meilleur usage des locaux publics scolaires. Dans un souci de bonne gestion de l’argent public, nous avons rassemblé un nombre important de parents (environ 50) lors de notre dernière réunion.
En effet la politique municipale en direction des écoles du nord de Bordeaux interroge. En 2015, les premières classes en préfabriqués ont vu le jour sur le Jardin de ta sœur, aux Chartrons. Au rythme des livraisons de logement autour des bassins à flot, la situation n’a fait qu’empirer. Les écoles Achard et Charles Martin sont saturées, alors qu’à Lac IV (aux Aubiers) les conditions d’accueil sont mauvaises. Parallèlement, l’école Labarde a 5 classes vides, dont une équipée d’un tableau numérique interactif.
La grande inconnue est la stratégie de la Mairie en termes d’éducation et de conditions d’accès à la scolarité pour tous les enfants de la Ville. Certains élus ne semblent pas convaincus de leur rôle dans la mise en œuvre d’une mixité sociale à travers la scolarité et préfèrent laisser les parents d’élèves promouvoir eux-mêmes les écoles ayant de la place. Ainsi, des parents de Point du Jour ont fait visiter l’école à des parents de Lac IV qui étaient stupéfaits des écarts dans les conditions d’accueil.
La comparaison entre les écoles de Bacalan est édifiante. Le classement en REP+ nécessite une offre scolaire et péri-scolaire adaptée. À ce jour, le nombre moyen d’enfants par classe varient de 21 à 24,5 élèves. Veillons à ne pas dépasser le chiffre fatidique de 25 sur Charles Martin.
Sur Achard, l’ajout de 3 classes (70 élèves) porte l’effectif à presque 300 élèves, (+30%). Deux préfabriqué, 1 pour des toilettes maternelles et 1 pour le péri-scolaire, on été ajoutés, et les élémentaires ont « perdu » une cour de récréation au profit de la maternelle, qui se retrouve coupée en deux. Il n’y a que 5,7 m² de cours par élève, contre 5,84 m² à Charles Martin et 13 m² à Labarde.
À Achard, espérons aussi un printemps sec, pour éviter que les enfants ne se retrouvent trop souvent entassés sous le préau : avec 1 m² par enfant, on peut craindre des conflits. À Labarde, chacun peut s’abriter : 2,5 m²/enfant !
De même, plus le nombre d’enfants par toilette est élevé, plus ses conditions de vie quotidienne sont dégradées : temps d’attente, propreté, disponibilité en cas d’urgence…. À Achard on constate 15 enfants/toilette, contre 9,5 à Charles Martin et 7,6 à Labarde. Il faudrait aussi comparer le temps du repas, avec les services de cantine échelonnés, mais nous n’avions pas de données assez précises.
Concernant l’apprentissage, les écoles d’Achard et Charles Martin ont dû rassembler la bibliothèque et la salle informatique pour libérer des salles de classes. Pourtant ces 2 activités peuvent se perturber mutuellement. Labarde compte 1 bibliothèque, 1 salle informatique, sans compter le gymnase et un labo photo.
Le RASED, qui accompagne les enfants en difficulté d’apprentissage, est le parent pauvre à Achard et Charles Martin où il ne dispose qu’une salle dédiée, alors qu’à Labarde, 3 bureaux lui sont réservés.
Enfin, notre classement en REP+ nécessiterait la mise en place prioritaire de classes de très petite section. En effet cette scolarisation avant 3ans a fait ses preuves pour la réussite des enfants. Pourtant seule l’école Point du jour les accueille. Les demandes existent pourtant sur les autres écoles : il faut rouvrir rapidement ces classes qui y existaient avant la « politique de surcharge » !
Ces quelques chiffres illustrent les différences entre écoles, et les potentialités inexploitées. La Mairie, qui a loupé le coche pour la rentrée 2016, reproduira-t-elle ses erreurs en 2017 ?
L’école en préfabriquée en construction sur le stade Alfred Daney, où on ne prévoit l’ouverture de 3 classes pour le moment, pourra accueillir 24 classes si nécessaire. Avec la livraison régulière de logements au nord et au sud des bassins à flot, les élus affirment que cette école accueillera surtout les enfants habitants au sud des bassins. Or, elle accueillera d’abord les enfants de Lac IV, qui heureusement ferme, mais qui habitent au nord de bassins. D’autres familles arriveront au nord. Y aura-t’il une seconde école préfabriquée derrière la base sous-marine ? Pour aller jusqu’à l’école du stade Alfred Daney, les enfants prendront-ils un bus, où ils passeront 45 min en cas d’embouteillage ?
Nous voulons croire que la Mairie sera bientôt convaincue que la mixité à Labarde passe par l’accueil massif (+ 3 classes) de nouveaux enfants. Que cette solution est, pour les nouveaux arrivants, un moyen de s’ancrer dans notre beau quartier. Avec le projet d’école ouverte porté par la Mairie, cet établissement scolaire peut devenir un espace de vie collective riche et intéressant pour tous les habitants jusqu’au Bassins à flot.
Si l’on interroge sur l’ancrage aux bassins à flot, c’est que les témoignages de nouveaux habitants montrent des difficultés. La densité est importante, il y a peu d’espaces publics et d’aires de jeux pour les enfants, ce qui est un frein à la vie de quartier. Les associations font de leur mieux avec des moyens financiers et matériels qui ne sont pas suffisants (locaux limités, budgets constants…). Ce débat qui ne concerne pas uniquement les parents d’élèves.
Avec la réforme de la carte scolaire en septembre 2017, nous espérons voir rétablir l’équilibre entre les écoles, favoriser la mixité sociale au profit de toutes les familles du quartier. Devra-t-on attendre de nouvelles constructions au nord du pont d’Aquitaine en 2020 pour espérer un changement ?
Collectif des représentants de parents d’élèves des écoles de Bacalan

Comparatifs des écoles

LAISSER UN COMMENTAIRE